CFDT INTERCO PARAY-VIEILLE-POSTE 06.21.40.22.57

JEUDI 6 DECEMBRE 2018 VOTEZ CFDT

mercredi 23 mars 2016

Dégel du point d’indice

Dégel du point d’indice


La négociation salariale dans la fonction publique, rendue possible grâce à l’accord PPCR signé par la CFDT et d’autres organisations syndicales, a permis pour la première fois depuis six ans le dégel du point d’indice.

C’est la base sur laquelle se calcule notre salaire.


PNG - 112 ko

CFDT interco on veut mieux 

Le 17 mars, le gouvernement a accordé une augmentation en deux temps : 0,6 % à compter du 1er juillet 2016 et 0,6% à compter du 1er février 2017, qu’il présente comme une augmentation globale de 1,2 %.
En réalité, puisque cette augmentation bien modeste ne prendra effet qu’au 1er juillet, elle ne représentera que 0,3 % pour l’année 2016 ! Soit une augmentation de 7,81 € net par mois pour un agent rémunéré à l’indice 345.
Quelle interprétation faites-vous de ce « geste significatif » promis par la ministre ?

Clairement, pour la CFDT, ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu et ne règle pas le « contentieux salarial » accumulé depuis six ans.

Ces six années ont pesé lourd sur le pouvoir d’achat des agents et ont permis à l’État d’engranger 7 milliards d’économies !

La CFDT n’a cessé de dénoncer tout au long de cette période le blocage de la valeur d’un point d’indice et ses conséquences sur les agents :

Conséquences financières bien sûr puisque comme le précise l’INSEE les salaires moyens augmentent moins vite que les prix,
Conséquences sociales aussi puisque le blocage du point d’indice traduit un manque de reconnaissance de la compétence et de l’engagement des agents, qu’il réduit l’attractivité des métiers de la fonction publique et au final, met en grave difficulté le service public.

La CFDT refuse une clause de revoyure tous les 6 ans et des « déblocages » symboliques.

Les fonctionnaires valent mieux que cela !

- Pour des négociations salariales annuelles obligatoires sans lesquelles il n’y aura pas de revalorisation durable des carrières 
- Pour la qualité de vie au travail et la qualité du service public

vendredi 18 mars 2016

Rémunération des fonctionnaires.Une hausse de 1,2 % du point d'indice.

Rémunération des fonctionnaires. 

Une hausse de 1,2 % du point d'indice 


La ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, a annoncé ce jeudi une hausse de 1,2 % du point d'indice, en deux fois. 


La ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, a annoncé ce jeudi une hausse de 1,2 % du point d'indice, en deux fois. 
Gelé depuis près de six ans, ce point d'indice sert à calculer les rémunérations des fonctionnaires. 
Cette hausse représente un coût de 2,4 milliards d'euros, a-ton appris auprès des syndicats et du ministère. Deux revalorisation consécutives auront lieu, la première de + 0,6% au 1er juillet 2016 et + 0,6 % au 1er février 2017, a précisé le ministère.

"Ultime" proposition


Il s'agit de l'"ultime" proposition du ministère, faite dans le cadre d'une réunion de négociations entamée ce jeudi matin à 09 h 30. 
La réunion, à laquelle ont participé CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU, Solidaires, CFTC, CGC, FA-FP, avait été suspendue près d'une heure en fin de matinée, après une première proposition d'augmentation de 1% en novembre et mars 2017, jugée "inacceptable" par les syndicats.

Avant ce rendez-vous salarial, prévu depuis septembre et retardé pour cause de remaniement, les syndicats avaient annoncé qu'ils ne se contenteraient pas d'une hausse "symbolique". 
Manuel Valls avait annoncé mardi "un geste significatif", un geste politique dans le contexte social actuel et à un an de la présidentielle.

En complément Le point d'indice et la rémunération des fonctionnaires - infographie Fonction publique by LeTelegramme


lundi 14 mars 2016

Revalorisation du point d’indice : la CFDT mobilisée


La valeur du point d’indice qui stagne, c’est une perte de pouvoir d’achat pour les agents ! 


Depuis 2010, la valeur du point d’indice est bloquée à 4,63 €. La Fonction publique ne défend plus le pouvoir d’achat de ses agents. L’INSEE reconnaît que les salaires moyens augmentent désormais moins vite que les prix, même en tenant compte de l’avancement. La perte de pouvoir d’achat annuel est estimée à 0,5 % par an dans la FPH et la FPT, à 0,7 % par an dans la FPE.

La valeur du point d’indice qui stagne, c’est un manque de reconnaissance pour les agents !

En poursuivant le blocage du point d’indice, le gouvernement fait bien peu de cas des qualifications, de la compétence et de l’engagement des agents. Il réduit l’attractivité de nos métiers et met en grave difficulté le service public.

La CFDT veut une politique salariale négociée chaque année

La CFDT a obtenu dans le protocole PPCR, Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations, que soit prévu explicitement l’examen de la revalorisation du point d’indice.
Elle ne se contentera pas de mesures symboliques et exigera un changement de cap : Parce que des années de gel du point d’indice, ce n’est plus tolérable
Parce que la revalorisation des carrières ne sera durable qu’avec une augmentation régulière de la valeur du point.
Jeudi 17 mars, à l’occasion du premier rendez-vous salarial avec la ministre de la Fonction publique, la CFDT exigera des mesures fortes.

Si les propositions du gouvernement ne sont pas à la hauteur des enjeux, la CFDT appellera les personnels à se mobiliser le mardi 22 mars 2016 

La CFDT a déposé un préavis de grève pour cette journée d’action.



vendredi 11 mars 2016

Loi Travail: FAUT QUE ÇA BOUGE !


Loi Travail : FAUT QUE ÇA BOUGE !


Rassemblement citoyen
Samedi 12 mars de 14h00 à 16h00
Place de la République (Paris 10 e )

Le 3 mars, la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, l’UNSA et la FAGE ont signé une déclaration commune pour faire part de leurs exigences et de leurs contrepropositions. Elles ont également décidé d’appeler les salariés et les jeunes à se mobiliser le samedi 12 mars 2016 pour faire connaître ces contrepropositions et faire pression sur le gouvernement pendant les concertations qui se sont ouvertes le lundi 7 mars 2016.
Les unions régionales CFDT, CFE-CGC, CFTC, UNSA et FAGE se sont réunies en intersyndicale dans les locaux de la CFDT Ile-de-France hier soir, 7 mars.
Elles ont décidé d’un rassemblement régional à Paris, Place de la République, de 14h00 à 16h00, samedi 12 mars. Nous avons obtenu l’accord de la Préfecture ce matin. Nous occuperons la place, côté Magenta.
Un camion plateau sera installé avec la banderole « Loi travail : Faut que ça bouge ! »
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, sera présent et interviendra, de même que les secrétaires généraux des autres organisations.
Un groupe de musique composé de militants CFDT assurera l’animation.
Tout au long du rassemblement, nous irons à la rencontre des participants et des passants pour leur donner de l’information sur notre position en distribuant l’argumentaire CFDT. Un tract intersyndical est en cours de réalisation.
Il faut dès à présent informer le plus largement possible sur ce rassemblement. Pour donner de la visibilité sur place, utilisez les outils habituels : drapeaux, banderoles, chasubles...
La CFDT doit montrer sa force et sa détermination face à ce projet de loi.

Tous à République samedi !